INFOS

Publié sous l'égide de

The International Journal of Psychoanalysis

Dana Birksted-Breen
Robert Michels

The new Annuals

Jean-Michel Quinodoz

Comité de rédaction

Rédactrice responsable

Florence Guignard (France)

Secrétaire

Luc Magnenat (Suisse)

Membres

Louis Brunet (Canada)
Serge Frisch (Belgique)
François Gross (Suisse)
Céline Gür Gressot (Suisse)
Marcel Hudon (Canada)
Diana Messina-Pizzuti (Belgique)
Anne-Marie Pons (Canada)
Michèle Van Lysebeth-Ledent (Belgique)

Prochain numéro

Mai 2007
aux Edition In Press

The International Journal of Psychoanalysis

Donald Meltzer (1922-2004)

ALBERTO HAHN
14B Lancaster Grove, London, NW3 4PB, UK - albertohahn@aol.com

Donald Meltzer est décédé le 13 août 2004. Avec sa disparition la psychanalyse perd un penseur innovateur, un enseignant inspiré et un auteur prolifique dont le travail de pionnier qu'il a poursuivi pendant plus de cinquante ans a influencé toute une génération de collègues psychanalystes, de psychothérapeutes et de cliniciens dans le domaine de la santé mentale du monde entier. Ses apports à la compréhension du psychisme de l'enfant, du développement émotionnel des relations d'objets, du traitement psychanalytique des perversions, des états narcissiques et de l'autisme ont été impressionnants. La portée et la profondeur du travail de Meltzer, son don particulier pour analyser les couches les plus profondes de la psyché ainsi que sa sensibilité aux modes primitifs du fonctionnement psychique ont fait de lui un superviseur très recherché par les candidats psychanalystes un peu partout dans le monde.
Né dans le New Jersey (Etats-Unis) en 1922 en tant que puîné de trois enfants, Donald Meltzer grandit au sein d'une famille juive dans un climat d'amour et de stabilité qui lui permet de faire ses études de médecine et de développer son intérêt naissant pour la psychanalyse. C'est au cours de ses études de médecine à l'Université de Yale et au Albert Einstein College de Médecine à New York, qu'il fait un stage dans le service de Loretta Bender à l'Höpital Bellevue où se pratique un travail pionnier avec des enfants psychotiques. Il y entend parler pour la première fois de Mélanie Klein. Après avoir terminé sa formation psychiatrique à l'Université Washington à St. Louis dans le Missouri, et après avoir terminé une première psychanalyse, il décide de se consacrer à la psychanalyse de l'enfant et d'aller à Londres pour entreprendre une psychanalyse avec Mélanie Klein. Il s'enröle dans l'aviation US où il travaille comme pédopsychiatre avec les familles des militaires et en 1954, après deux ans de service militaire obligatoire, il demande un poste à Londres où il commence son analyse avec Mélanie Klein. Peu de temps après il commence sa formation à la Société Britannique de Psychanalyse (BPaS), après avoir quitté l'armée. Hanna Segal et Herbert Rosenfeld ont été ses superviseurs pour ses cas d'analyses d'adultes et par la suite Betty Joseph, Esther Bick et Hanna Segal encore ont supervisé ses cas de psychanalyse d'enfants. Plus tard il reconnut plus particulièrement l'influence d'Esther Bick, Roger Money-Kyrle et de Wilfred Bion dont-il continua à développer l'ouvre.

Ling Fluent
https://phytonutrition-sante.com/bg/ling-fluent-мнения/
Learn up to eight foreign languages!







Les premières contributions écrites de Meltzer remontent à 1955. Depuis lors, et surtout à partir de 1963, sa production écrite fut prolifique et innovante avec plus de dix livres et plus de cinquante articles qui touchent un nombre considérable de sujets.
Vers la fin des années 1950, l'école anglaise des relations d'objets découvre l'importance de la notion d' « identification projective » pour comprendre les relations d'objets précoces dans le développement des enfants, des états psychotiques, de la sexualité psychique et d'organisations défensives. Ceci suscite une profusion de textes analytiques du groupe Kleinien auquel Meltzer apporta une contribution active. Son texte « Les rapports de la masturbation anale avec l'identification projective » publié en 1965 ainsi que son premier livre Le processus psychanalytique (1967) ouvrent un nouveau panorama pour la compréhension de la relation entre l'identification projective et les objets internes de même que pour l'observation du développement du processus analytique suivant un processus naturel qui permet l'observation d'un psychisme (il dira plus tard de deux psychismes) qui se déploie dans le bureau de consultation, par l'interaction transféro-contretransférentielle.
Dans Les structures sexuelles de la vie psychique (1973) Meltzer propose une révision structurelle de la théorie du développement psychosexuel, des perversions et des addictions avec un accent particulier sur la qualité introjective de la sexualité adulte, surtout dans les états psychiques typiques de la période de l'adolescence. Les chapitres « La tyrannie », « La réalité psychique des enfants à naître » et « L'architectonique de la pornographie » illustrent ses découvertes théoriques.
Le monde de l'autisme (1975) est le fruit d'une collaboration avec quatre supervisés. Ce livre traite de la découverte fascinante de phénomènes cliniques dans des états autistiques et post autistiques tels que le démantèlement, les atteintes des dimensions spatiales et temporelles, les états psychiques marqués par la non-pensée (mindlessness) et de l'identification adhésive.
Dans Le monde vivant du rêve : une révision de la théorie et de la technique psychanalytiques (1984), Meltzer nous propose une révision de la théorie du rêve en tant pensée inconsciente génératrice de sens. L'importante différentiation entre signes, symboles et l'expression de mensonges au travers de pseudo-symboles et l'investigation des rêves y est minutieusement explorée.
Dans Studies in extended metapsychology : Clinical application of Bion's ideas (1986), Meltzer considère l'importance du développement des états émotionnels et apporte une pertinence clinique à des pans entiers de la théorie de Bion, en particulier à l'interrelation « contenant-contenu », au concept de « vertex », de « transformations hallucinatoires » et de « turbulences ». La notion de « claustrum », qu'il développera extensivement dans son dernier livre publié en 1992 et qui était en incubation depuis son texte sur la masturbation anale, apporte un nouveau souffle dans ces explorations.
Dans L'appréhension de la beauté (Meltzer et Williams, 1988), il introduit la notion de « conflit esthétique », phénomène précoce dans la relation du bébé au monde externe, où l'expérience esthétique de la relation naissante à la mère stimule chez le bébé tant le désir de la connaître que la frustration engendrée par le mystère des aspects inconnus de l'objet. Ce livre témoigne aussi de l'intérêt croissant de Meltzer pour la littérature, le processus d'écriture et la créativité - un sujet qu'il avait traité une première fois dans Painting and the inner world (1963), qui contient un dialogue entre Adrian Stokes, auteur et critique d'art, et Meltzer.
Dans Le claustrum : une exploration des phénomènes claustrophobiques (1992), il re-questionne le concept d'identification projective non pas en termes quantitatifs ou qualitatifs des mécanismes projectifs, mais dans le sens du choix de l'objet qui recevra la projection. Dans cet examen phénoménologique minutieux de l'identification intrusive (c'est le terme qu'il préfère), Meltzer suggère que cet objet serait en fait dans le fantasme inconscient le corps de la mère (comme Mélanie Klein l'affirmait) et que la qualité et le degré de la pathologie va dépendre de quelle partie du self est projetée de façon intrusive dans quelle partie déterminée de l'objet, dans quel compartiment du corps de la mère. Il discute des différents aspects techniques pour traiter ces patients narcissiques difficiles et tout spécialement les adolescents.
Soulignons aussi un ouvrage en trois parties : Le développement kleinien de la psychanalyse (1975) qui résulte d'une série de cours sur l'ouvre de Freud, Klein et Bion donnés à la Tavistock Clinic à Londres où l'influence de Meltzer pour le développement de la profession de psychothérapeute pour enfants fut hautement appréciée. Un modèle psychanalytique de l'enfant-dans-sa-famille dans-la-Communauté, écrit à la demande des Nations Unies (Meltzer et Harris, 1976), a été co-rédigé avec celle qui était alors son épouse, la psychanalyste Martha Harris et qui a été pendant des années la directrice de la Formation des psychothérapeutes pour enfants à la Tavistock Clinic. Trente-quatre textes de Meltzer dont quinze qui n'avaient jamais été publiés se trouvent dans le livre Sincerity and other works (Hahn ed., 1994).
Drivelan
You have a problem with erection? Not only you!
https://phytonutrition-sante.com/bg/drivelan-мнение/







Pour Meltzer, la psychanalyse était une forme d'art et, avant tout, un processus où la passion, l'engagement personnel et la préoccupation de l'analyste pour le patient sont les éléments essentiels de « l'équipement » qui permettent de promouvoir leur développement. Il était persuadé que l'intégration de connaissances ou des parties du self préalablement rejetées crée les conditions rendant possible la création de nouveaux objets dans le monde interne et que le psychisme a une capacité intrinsèque de création de nouveaux objets dans l'intimité particulière de l'interaction transféro-contretransférentielle de la situation analytique. Ses intérêts de cliniciens l'amenèrent à s'installer d'abord à Londres puis aux débuts des années 1970 à Oxford. Depuis les années 1960 il enseigna régulièrement à la Tavistock Clinic et pendant plusieurs années à la Société Britannique de Psychanalyse (BPaS), ce qui lui valut la réputation d'être un enseignant particulièrement stimulant dont l'amour pour la psychanalyse et le profond attachement à ses racines kleiniennes étaient toujours fortement appréciées. Après sa formation psychanalytique il devint membre de la BPaS et il passa rapidement analyste formateur, fonction qu'il remplit jusqu'en 1985. Des différents idéologiques avec l'establishment analytique l'amenèrent alors à quitter la BPaS. C'est avec tristesse et inquiétude qu'il faut constater que depuis lors l'ouvre de Meltzer n'est plus enseignée dans le cadre du curriculum de formation à la BPaS et que des générations d'analystes britanniques ont été formées sans être confronté à ses contributions innovatrices. Un mélange de raisons peut expliquer cette évolution regrettable de la situation. Il y avait, d'une part, la structure politique de l'Institution qui pour certaines raisons était incapable de contenir un caractère dont la créativité repousse les limites de la pensée psychanalytique et dont la personnalité individuelle était alors ressentie comme d'autant plus perturbatrice que son ouvre est admirable. Par ailleurs Meltzer n'était pas un « homme des institutions » : il trouvait que les positions politiques au sein du groupe kleinien et ses relations avec la structure hiérarchique de la BPaS créaient un climat qui nuisait à la créativité de la psychanalyse et surtout de la formation analytique. Il faut ajouter qu'il a été très désillusionné par les aspects politiques du groupe kleinien auquel il était émotionnellement très attaché du fait qu'il y avait été reçu si chaleureusement dans les années 1950. Il dit, un jour, à sa façon tristement touchante : « J'ai maintenant perdu l'intérêt dans toute forme de politique. En toute franchise je ne peux plus me dire socialiste, je suis un ex-socialiste. Je suis une personne peu sociable ». Il était persuadé que mélanger la politique et la psychanalyse appauvrissait le développement de la méthode (analytique) et les praticiens bien qu'il pensât qu'il y avait quelque chose de positif dans la fonction de « gardienne de la bonne marche » (housekeeping function) des sociétés de psychanalyse.
Les discussions qui découlèrent de la perte de son statut d'analyste formateur, sans aucune explication raisonnable ni discussion, créèrent une atmosphère particulière de « guerre familiale » et compromirent toute possibilité de trouver une issue plus salutaire et plus contenante. Meltzer montra son mécontentement en ne payant pas ses cotisations annuelles. Il fit preuve d'une forte détermination à ne pas se compromettre en se soumettant et en attendant sincèrement qu'un climat de discussion puisse se développer et qu'un débat démocratique puisse avoir lieu. Mais, au contraire, sa détermination renforça cet antagonisme particulier que seule l'étude de la dynamique des groupes et des comportements institutionnels peuvent tenter d'expliquer. C'est ainsi que son statut de membre de la BPaS prit fin.
Depuis les années 1960, Donald Meltzer se déplaça régulièrement à l'étranger pour faire des exposés, pour enseigner et pour superviser. Et ce fut surtout à l'étranger que son ouvre trouva l'appréciation qu'elle mérite. Pendant près de quarante ans, ses voyages le menèrent dans différentes villes en Italie, où il participa au développement d'une importante école psychanalytique pour former des psychothérapeutes d'enfants, en France, en Allemagne, en Norvège, en Espagne, en Suède, en Argentine, au Brésil, en Colombie, en Uruguay et aux Etats-Unis.
Dans tous ces lieux, des groupes de collègues reconnaissants ont tiré bénéfice de sa chaleur, de sa générosité, de sa pertinence clinique exceptionnelle et de sa sensibilité aux processus inconscients, de son intégrité qui ne tolérait aucun compromis ainsi que de son authentique capacité à prendre soin de ses patients et de ses étudiants.
Dans un domaine plus privé, il était très intéressé par l'élevage des animaux, en particulier des chevaux, par l'apiculture et par les arbres. En tant que père de trois enfants, Meltzer était toujours intéressé par le développement mystérieux des « capacités parentales » dans l'éducation des enfants et dans la psychanalyse, sujet amplement abordé dans ses écrits. Ce furent justement ces capacités personnelles qui ont été reconnues par tous ceux qui apprirent de lui personnellement.
En plus de son ouvre personnelle, Donald Meltzer laisse derrière lui un très riche héritage chez ceux qui dans leur vie ont été touchés par sa personnalité et chez tous ceux qui ont eu le privilège de le connaître en tant qu'analyste talentueux, superviseur sensible, enseignant inspiré, collègue fiable, ami affectueux et en tant qu'un des psychanalystes les plus originaux de sa génération.

Bibliographie

HAHN A, éditeur (1994) : Sincerity and other Works : collected papers of Donald Meltzer. Londres : Karnac.
MELTZER D (1966) : Les rapports de la masturbation anale avec l'identification projective. In : Les structures sexuelles de la vie psychique. Paris : Payot (1977, 149-166).
MELTZER D (1967). Le processus Psychanalytique. Paris : Payot (1971).
MELTZER D (1973). Les structures sexuelles de la vie psychique. Paris : Payot (1977).
MELTZER D (1975). Le développement kleinien de la psychanalyse. Paris : Bayard (1994).
MELTZER D (1984). Le monde vivant du rêve. Lyon : Césura (1993).
MELTZER D (1986). Studies in extended metapsychology : clinical applications of Bion's ideas. Londres : Cluny.
MELTZER D (1992) : Le claustrum. Editions du Hublot (1999).
MELTZER D, BREMNER J, HOXTER S, WEDELL D, WITTENBERG I (1975). Exploration dans le monde de l'autisme. Payot (1980).
MELTZER D (1976). Un modèle psychanalytique de l'enfant-dans-sa-famille dans-la-Communauté. Les Editions du Collège (2004).
MELTZER D, WILLIAMS MH (1988) : L'appréhension de la beauté. Le conflit esthétique, son röle dans le développement, la violence, l'art. Editions du Hublot (2000).

Haut de page
© Copyright textes et logo : The International Journal of Psychoanalysis
Dernière mise à jour le 10 mai 2007
©