INFOS

Publié sous l'égide de

The International Journal of Psychoanalysis

Dana Birksted-Breen
Robert Michels

The new Annuals

Jean-Michel Quinodoz

Comité de rédaction

Rédactrice responsable

Florence Guignard (France)

Secrétaire

Luc Magnenat (Suisse)

Membres

Louis Brunet (Canada)
Serge Frisch (Belgique)
François Gross (Suisse)
Céline Gür Gressot (Suisse)
Marcel Hudon (Canada)
Diana Messina-Pizzuti (Belgique)
Anne-Marie Pons (Canada)
Michèle Van Lysebeth-Ledent (Belgique)

Prochain numéro

Mai 2007
aux Edition In Press

The International Journal of Psychoanalysis

LE LANGAGE DANS LA SCHIZOPHRÉNIE ET LE MONDE DU DÉLIRE

MICHAEL ROBBINS
56 Kestrel Lane, Amherts, MA, 01002-2840, USA
mdrobbinsmd@attbi.com

Résumé : de nos jours, on pense généralement que le langage bizarre des schizophrènes est le produit résiduel dénué de sens d'un trouble neurobiologique. La signification des délires et des hallucinations demeure elle aussi mystérieuse. L'auteur illustre le sens que peut prendre un langage de schizophrène par des vignettes textuelles tirées d'un traitement d'inspiration psychanalytique, à un stade avancé. Il montre que ce langage est syntaxiquement et morphologiquement identique au langage ordinaire, mais d'une sémantique et d'une pragmatique qualitativement différente. Du point de vue sémantique, les distinctions ordinaires entre les mots, les choses,

Kankusta Duo
Know the Strength of active ingredients in the fight against obesity!
https://phytonutrition-sante.com/et/kankusta-duo-arvamus/







les états du corps et les actions manquent, créant des mots et des phrases sans portée représentationnelle ou symbolique. C'est un langage d'équivalence, d'immédiateté et d'action, par contraste à un langage de conscience de soi, de réflexion et de communication. D'un point de vue pragmatique, le langage de la schizophrénie participe de la pensée délirante et lui sert de support dans la mesure où il ne distingue pas l'esprit du monde. L'analyste et son patient doivent avoir conscience de leur incapacité à comprendre le langage de l'autre. Ils doivent trouver un moyen de combler le fossé qui les empêche de communiquer afin que l'analyste comprenne ce que son patient veut dire et puisse le lui restituer sous forme d'interprétations compréhensibles.

Michael Robbins, M.D., a été membre de la Société Psychanalytique de San Francisco et de l'Institut Psychanalytique de Californie du Nord. Il est actuellement membre de la Société Psychanalytique de Boston et a une pratique privée à Amherst, Massachusetts.

Drivelan
You have a problem with erection? Not only you!
https://phytonutrition-sante.com/et/drivelan-ultra-arvamused/







Michael Robbins s'est principalement intéressé au traitement des troubles graves de la personnalité et de la schizophrénie, et à la conceptualisation du développement normal et pathologique. Il a publié de nombreux articles sur ces sujets dans The International Journal of Psychoanalysis et dans le Journal of the American Psychoanalytic Association. Il est l'auteur de deux livres, Experiences of Schizophrenia (Guilford, 1993) et Conceiving of Personality (Yale University Press, 1996). Il achève une trilogie sur les modes primitifs de pensée dont l'article Le langage dans la schizophrénie et le monde du délire constitue le premier chapitre.

Haut de page
© Copyright textes et logo : The International Journal of Psychoanalysis
Dernière mise à jour le 10 mai 2007
©